octobre 21st, 2019
Yodea Recrutement
le spécialiste du recrutement de profils engineering en Suisse
+41 21 552 09 70
info@yodea.ch

Archive: Posts

Atelier Cuisine ou comment bien postuler : En entrée, la lettre de motivation

Dans cette série d’article sur l’art de bien cuisiner son dossier de candidature, nous avons déjà pris ensemble l’apéritif, c’est à dire savoir cibler les postes auxquels répondre. Nous allons donc pouvoir passer à table et commencer notre entrée, la lettre de motivation. Pourquoi est-ce l’entrée ? C’est le document qui va donner envie de continuer à étudier le dossier tout comme une entrée va donner le ton du reste du repas. Indigeste, mal cuisinée, et la candidature ne sera pas plus étudiée. Réussie, elle met en appétit pour le plat.

Tout d’abord, votre lettre de motivation doit être agréable à lire, légère et précise. Entre une page et une page et demi est largement suffisant. Il ne faut pas lasser votre lecteur dès le début. Imaginez un peu une entrée composée d’une bonne plâtrée de spaghetti bolognaise. Difficile d’aller plus loin dans le repas ensuite sans risquer le départ précipité pour cause d’indigestion. Il n’est pas non plus question de faire le concours du plus grand mangeur de hot-dog en 60 secondes. Une bonne lettre, c’est comme une tomate mozzarella sur une terrasse au bord du Léman un soir d’été. A la fois simple avec de la consistance, légère et fraiche mais avec un assaisonnement qui relève le tout.

En gros, une bonne dose de ce que je suis – la tomate – , de ce que l’entreprise ciblée est – la mozzarella – et de ce qu’ensemble on peut réaliser – l’assaisonnement. Une recette très simple mais trop souvent mal exécutée.

Ensuite, cette lettre doit être ciblée. Tout comme vous en présenterez pas un croquant à la viande à un végétarien, vous devez adapter ce document à votre interlocuteur. Pour cela, la recette est très simple : dans un saladier, mettez une bonne dose de Google, de réseaux sociaux et du site web de l’entreprise, mélangez bien l’ensemble et passer le tout au chinois. Ne gardez que les éléments pertinents pour votre candidature. Ainsi votre lecteur se sentira concerné par votre lettre. Evidemment, cette recette est à refaire pour chaque postulation. Ne faites pas simplement du copier-coller. Auriez-vous envie d’aller diner chez une personne qui vous sert toujours la même entrée, indigeste, et avec des ingrédients que vous n’aimez pas ? De même, éviter les poncifs du genre « vous êtes leader » ou etc, cela ne concerne qu’une minorité d’entreprise, justement les leaders. Personnellement, quand je reçois ce genre de courrier, avec en plus la mention d’un domaine d’activité autre que le mien, cela signifie clairement que l’expéditeur ne s’est pas donné la peine de savoir à qui il s’adresse. Un peu comme si je proposais une entrée à base de cirage …

Bien évidemment, faites attention quand vous reprenez un courrier déjà réalisé. Il m’arrive assez souvent de recevoir des lettres de motivation avec comme entête, soit une entreprise lambda ou, et c’est le plus récurrent, l’adresse d’un concurrent. Ce qui revient à servir l’entrée avec un vin pas du tout en raccord, voire ayant tourné au vinaigre. La seule chose que vous retenez de ce début de repas, c’est le goût acide qu’il vous laisse au fond de la gorge. Et maintenant que vous avez bien brûler l’œsophage de votre invité, vous allez lui permettre de déguster votre plat comment ?

Avant de passer à la suite du repas, nous pouvons dire en conclusion que cette lettre doit être comme l’entrée d’un repas. Attirante, légère mais efficace pour donner envie de continuer, comme un soufflé juste sorti du four.

Bien sûr, vous pouvez vous passer d’une entrée si votre candidature peut vous en dédouaner, c’est notamment le cas quand vous postulez auprès d’un cabinet sans connaître le destinataire final de votre dossier. Difficile d’imaginer un plat qui va plaire quand vous ne connaissez pas les goûts de votre invité, parce que vous ne savez pas qui c’est ! Et contrairement à un bon steak-frites, il n’y a pas de lettre passe-partout.

© 2013 Stéphane Bruneau EI
Phone: +41 21 552 09 70
E-Mail: info@yodea.ch
Web: http://www.yodea.ch