avril 22nd, 2019
Yodea Recrutement
le spécialiste du recrutement de profils engineering en Suisse
+41 21 552 09 70
info@yodea.ch

Archive: Posts

Chômeur – pardon chercheur d’emploi -, ce métier si mal connu

Depuis peu, je suis chômeur mais cela ne se dit plus comme cela. Comme les représentants sont devenus des Sales Managers, je suis un chercheur. Pas en recherche fondamentale ou appliquée, mais en emploi. Les chercheurs étant normalement des experts dans leur domaine, je me demande si je ne vais pas me présenter comme expert en emploi tout court d’ailleurs …

Après quelques jours de break pour me vider la tête et m’adapter à ma nouvelle situation professionnelle, je me suis donc mis en recherche d’emploi. Contrairement à l’image que j’en avais, c’est loin d’être de tout repos. C’est un job à temps complet avec plein de similitudes avec mon emploi précédent, même si c’est moins bien payé. J’ai même découvert des aspects de cette activité qui font une passerelle avec d’autres jobs. c’est très multitâches en fait.

Tous les matins, je continue à me lever tôt comme lorsque j’allais au bureau. Sauf que maintenant, il s’agit d’être le premier sur les nouvelles annonces d’offres d’emploi. Comme au bureau, lorsqu’on arrive suffisamment tôt pour ne pas devoir faire la queue à la machine à café. Selon les jours, il y a plus ou moins d’opportunités. Il s’agit donc de faire les candidatures. Rectification du CV, nouvelle lettre de motivation, prise de contact. Jusque là, toujours pareil que lorsque j’étais en entreprise. Lecture de rapport, de notes, envoi de rapports, de notes, discussions au téléphone avec des clients. Toujours ces similitudes. Je reconnais que certains jours, sans rdv et sans poste à candidater, il m’arrive de me la couler douce. Comme certains de mes anciens collègues en fait.

J’ai eu mon premier entretien avec mon conseiller du chômage. On a fait un bilan de ma vie professionnelle et nous avons établi un plan de réinsertion professionnelle. J’avais préparé ce rdv en faisant une liste de formations que je pourrais suivre. Mais mon conseiller m’a informé que, dans un premier temps, ce n’était pas la priorité et que les budgets ne le permettraient peut-être pas. Par contre, j’ai un objectif à réaliser, notamment en postulations. Je devrais détailler tous les mois ces candidatures sous forme d’un tableau à remplir. Si je ne remplis pas ces objectifs, je pourrais être pénalisé par réduction de mes indemnités. Cela me rappelle mes entretiens annuels avec mon manager. Des promesses de formations jamais tenues et des tableaux de KPI à remplir sous peine de voir mon avancement et mon emploi en sursis.

Loin d’être une situation reposante comme beaucoup le croient, être chercheur d’emploi et vouloir ne pas le rester, c’est un emploi à plein temps. Il faut savoir gérer son emploi du temps, ses rdv et n’avoir en retour aucune considération. Le pire, cela vient de la part de certains recruteurs. Mais en retour, je ne les épargne pas sur les réseaux sociaux. Cela me prend d’ailleurs pas mal de temps de m’incruster dans différents posts pour leur baver dessus. D’autant plus que ces derniers temps, ils me font des refus systématiques sur mes candidatures. Je n’ai plus qu’une hâte, c’est que l’application de l’initiative sur l’immigration massive soit en place car ma profession est listée dans celle ayant plus de 5 % de chômage, ils seront obligés de prendre ma candidature en compte et verront bien que je suis le meilleur.

Etre au chômage n’est pas une tare et certains recruteurs ne devraient pas oublier cela. Quand je dis recruteur, ce n’est pas uniquement les RH mais aussi les responsables de départements pour qui est fait le recrutement. Une personne au chômage aura souvent plus l’envie de montrer ses capacités qu’un candidat qu’on débauche d’un autre poste.
Etre au chômage ne veut pas dire qu’il faut reporter sa frustration et ses peurs en dénigrant les recruteurs ou potentiels employeurs.
D’une part comme d’une autre, recruter est une valse qui se danse à deux, pas un combat de catch.

© 2013 Stéphane Bruneau EI
Phone: +41 21 552 09 70
E-Mail: info@yodea.ch
Web: http://www.yodea.ch