novembre 16th, 2018
Yodea Recrutement
le spécialiste du recrutement de profils engineering en Suisse
+41 21 552 09 70
info@yodea.ch

Archive: Posts

De l’importance des langues

La Suisse compte 4 langues nationales mais l’anglais est d’usage courant dans la plupart des entreprises. L’industrie suisse est majoritairement tournée vers l’exportation. Alors quelle est l’importance de pratiquer une langue nationale ? Est-ce que l’anglais est suffisant pour travailler et vivre en Suisse ?

De nombreux cabinets de recrutement signalent qu’il est possible de trouver un emploi en Suisse en étant uniquement anglophone. Il y a une part de vrai dans cette remarque mais combien sont les entreprises ouvertes qu’à l’anglais ? Dans les faits, très peu. Il s’agit principalement de très grandes entreprises et pour des postes essentiellement à pourvoir dans les HQ.

Les entreprises suisses sont en fait très demandeuses de personnel connaissant la langue de la région où elles sont installées. Evidemment, concernant la Suisse Alémanique, l’allemand , plutôt que le suisse-allemand, est de rigueur. Les employeurs sont conscients qu’en dehors de la Suisse, il est impossible de trouver des pratiquants de la langue locale alémanique. Il s’agit pour les entreprises de pouvoir avoir aussi du personnel qui va être en mesure de s’intégrer localement et durablement. D’autant plus lorsqu’il s’agit d’intégrer des profils hautement qualifiés et qui vont disposer d’un know-how considérable et stratégique pour l’employeur.

Il est cependant à remarquer que l’allemand est maintenant une demande récurrente même dans la zone francophone ou italophone. Il y a deux explications à ce besoin.

Le premier est le fait que de nombreuses entreprises ont leur siège basé en Suisse Alémanique et qu’un certain nombre de sous-traitants vont se trouver dans cette zone et il sera important de pouvoir discuter avec eux dans une langue autre que l’anglais, souvent mal maitrisé par ces fournisseurs. Le cas des postes liés au CVC est un exemple flagrant.

Le second point est purement dû à la situation économique actuelle. En effet, le plus gros client européen des entreprises suisses est l’Allemagne, que cela touche les machines-outils ou les composants liés au monde de l’automotive, ferroviaire ou énergétique. Les entreprises suisses ont décidé de pouvoir communiquer dans leur langue native avec ces clients qui représentent la plus grosse part de leur marché.

Enfin, il faut prendre des considérations politiques que les entreprises ne peuvent nier, au risque d’être montrées du doigt. Un fort courant anti-étranger se fait ressentir au sein de la Confédération. L’un des plus gros reproches est le manque de volonté d’intégration des employés étrangers refusant d’acquérir au moins les bases de la langue locale.

En conclusion, ne pas maitriser l’une des langues nationales suisses apparait de nos jours, d’autant plus que la pression politique est forte, une forte barrière pour trouver un emploi en Suisse.

© 2013 Stéphane Bruneau EI
Phone: +41 21 552 09 70
E-Mail: info@yodea.ch
Web: http://www.yodea.ch