mai 25th, 2018
Yodea Recrutement
le spécialiste du recrutement de profils engineering en Suisse
+41 21 552 09 70
info@yodea.ch

Archive: Posts

Et si les organismes étatiques de recherche d’emploi changeaient de rôle ?

Les deux grandes missions des organismes comme Pôle emploi, en France, et l’ORP, en Suisse, sont de contrôler que les chômeurs respectent leurs obligations de recherche d’emploi et de fournir des possibilités à ceux-ci, soit sous forme d’offres d’emploi, soit sous forme de stage. Cela oblige les conseillers-contrôleurs-assistants sociaux qui travaillent dans ces organismes à avoir de nombreuses casquettes. De plus, les effectifs les obligent à gérer de nombreux cas simultanés, dont certains ont autant de rapport dans leur démarche qu’il y a un rapport entre la sexualité des ours polaires et la production de maïs sur les hauts plateaux andins.

Hors il est une certitude, c’est que lorsqu’on fait beaucoup de choses en même temps, on ne fait rien en réalité. Alors quel devrait être le rôle de ces institutions ?

Premièrement le contrôle. Je suis pourtant un fervent partisan des libertés individuelles mais c’est un mal pour un bien nécessaire. Il n’est pas du rôle de la collectivité à subvenir aux besoins des personnes en mesure de trouver du travail. Un travail correspondant à leurs capacités bien entendu. Cependant, refuser un job car en-dessous de ses qualifications n’est pas forcément un bon motif. Tout recruteur vous dira qu’il préfère une personne qui cherche à rester intégrée au monde du travail qu’une personne qui va attendre le poste idéal. De plus, rester dans le monde du travail permet de construire et garder un réseau actif, ce qui est la clef de la réussite, de nos jours, dans la recherche d’emploi.

Deuxièmement, je crois que ces organismes ne devraient pas être en charge de faire des recherches d’emploi pour les personnes en recherche. Qu’elles recueillent des offres comme le font les différents jobboards, tout à fait, et faire payer ce service auprès des entreprises comme cela se fait avec les sociétés privées comme Monster. De plus, cela créerait des revenus supplémentaires qui pourraient être investies dans des événements beaucoup plus intéressants.
Le problème que ces conseillers soient en charge de proposer et d’orienter les chercheurs d’emploi est souvent qu’ils n’ont pas les qualifications pour. Combien de fois, je reçois des dossiers sur assignation de ces organismes pour des postes qui n’ont aucun rapport. Je me rappelle même d’une amie, diplômée en biologie, qui s’était vue proposer un poste de neurochirurgien ! Je ne veux pas blâmer le personnel de Pôle Emploi, de l’ORP ou autre, il existe aussi dans le métier de recruteur des cas identiques. Cependant, à chacun ses qualifications ! Il existe suffisamment de cabinets de recrutement sérieux et compétents. Certes, ces cabinets font des sélections de leurs candidats, mais de toute manière, c’est ce que feront les employeurs.

Enfin, pour reprendre une remarque précédente, je crois que le rôle fondamental de ces organismes est de permettre de faire coïncider les besoins des entreprises avec la demande d’emploi. Pour cela, il faut conseiller correctement les demandeurs d’emplois dans leurs formations et reconversion et surtout il faut que le personnel de ces organismes soit beaucoup plus au contact des entreprises. Il existe en Rhône-Alpes, une manifestation annuelle qui a lieu sur plusieurs endroits pendant une semaine. J’ai la chance d’être depuis deux ans sur l’une d’elles et ces deux années ont été un énorme succès. C’est à mon avis ce vers quoi doivent tendre les services de l’emploi. Les organisateurs sont en contact permanent avec les entreprises et ont pris conscience des besoins de celles-ci.

Je crois et je suis persuadé que les services à l’emploi auraient tout à gagner, tant en efficacité qu’en image, à se considérer comme l’un des acteurs du marché de l’emploi, conjointement aux employeurs et cabinets de recrutement, que comme l’axe central. On pourrait ainsi envisager des rencontres entre toutes les parties de manières régulières et récurrentes afin de permettre aux conseillers d’être beaucoup plus à jour sur les besoins des entreprises, besoins actuels et futurs. Ils pourraient ainsi réorienter les demandeurs d’emploi sur les bons interlocuteurs et souvent débloquer des situations qui paraissent insurmontables.

Ces organismes restent indispensables à mes yeux, mais il me semble qu’il faut réfléchir à une modification profonde de leurs rôles et attributions. Tout le monde y sera gagnant, à commencer par le personnel de ces institutions.

© 2013 Stéphane Bruneau EI
Phone: +41 21 552 09 70
E-Mail: info@yodea.ch
Web: http://www.yodea.ch